Logo ={0} - Retour à l'accueil

Abattoir

Dossier IA86013588 réalisé en 2019

Fiche

Dénominationsfromagerie, biscuiterie
Aire d'étude et cantonLencloître
AdresseCommune : Lencloître
Cadastre : 2016 ZH 314 ; 2016 ZH 429 ; 2016 ZH 447 ; 2016 ZH 448 ; 2016 ZH 449 ; 2016 ZH 450 ; 2016 ZH 451 ; 2016 ZH 453

La construction d'un abattoir communal est projetée en 1900 au lieu-dit Les Chintres de Farsange pour répondre aux besoins des bouchers et charcutiers de la ville et supprimer les cinq tueries particulières. Son implantation au sud de la ville, le long de la route d'Ouzilly répond à la fois à des exigences d'hygiène, de salubrité et de fonctionnalité. La commune acquiert un terrain de 15,25 ares à Marie Elisabeth Grimault, veuve Marchand pour la somme de 2287 francs.

Les travaux sont confiés à l'architecte Colombet pour un montant de 23 298 francs. Une taxe par tête d'animal est fixée par la mairie dont le produit perçu assure le remboursement de l'annuité de l'emprunt, soit : 3 francs par bœuf ou vache (abattage estimé à 150 entre 1897 et 1900), 1 franc par veaux (300), 1 francs par porcs (600), 0.50 francs par moutons (400). Louis Bozier, menuisier faisant partie de la Compagnie des Sapeurs Pompiers est nommé préposé à l'abattoir en 1900. La maison lyonnaise Falcot fourni les treuils et matériels nécessaires pour l'abattoir pour un montant de 699,40 francs.

En 1929, des travaux de maçonnerie sont réalisés pour empêcher les rats de pénétrer dans les bâtiments et de s'y reproduire (délibération du conseil municipal du 15/09/1929). L'électricité est amenée dans les cases, dans la cour et le logement du préposé à la fin de l'année 1930 (délibération du 30 octobre 1930).

En 1942, une réflexion débute pour agrandir l'abattoir en prévision de la consommation de viande après guerre.

L'abattoir est agrandi en 1953 par l'architecte Pierre Gouron (construction de la halle d'abattage). En 1966 une chambre de ressuage est construite sous la direction de l'architecte Bernard Salignat. L'activité d'abattage cesse à la fin des années 1970. Le matériel est vendu (9 crochets vendus à l'abattoir de Poitiers en juin 1978).

Plusieurs activités se succèdent alors dans les bâtiments : une activité de confection-bonneterie (ancienne maison Boylève à Châtellerault, devenant la société des textiles de l'Envigne, création de 30 emplois projetés) en 1979.

Les bâtiments sont ensuite repris par la fromagerie de Lencloître, produisant des fromages de chèvre, en 1981 (le conseil municipal exonère de la taxe professionnelle la fromagerie de Lencloître nouvellement installée dans les locaux de l'ancien abattoir (séance du 11 janvier 1982) qui s'agrandit en 1986 puis après avoir cessé son activité, le site est repris en 2006 par une biscuiterie (biscuiterie de Lencloître fondée sur la commune de Saint-Genest-d'Ambière en 1974 par Guy Gâteau).

Aujourd'hui le site est divisé en plusieurs propriétés privées et une partie est toujours occupée par la biscuiterie de Lencloître.

Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Principale : 4e quart 20e siècle
Auteur(s)Auteur : Gouron Pierre
Gouron Pierre

Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Auteur : Colombet architecte attribution par source
Auteur : Salignat Bernard

L'abattoir est construit au sud de la commune, le long de la départementale 20.

Il se compose de plusieurs bâtiments datant du début du 20e siècle à la fin du 20e siècle. Un mur de clôture en pierre est visible à l'ouest.

Des bâtiments d'origine subsiste un bâtiment en pierre, enduit, de plan rectangulaire, édifié en limite sud de la parcelle. Il comprend un rez-de-chaussée et est couvert d'un toit à longs pans en tuile mécanique. Les inscriptions portant la mention "CASE" suivies d'un numéro sont encore lisible au dessus des portes situées côté cour.

Les bâtiments se prolongent au nord par des bâtiments à essentage de tôle et toit en terrasse.

Murspierre enduit
béton essentage de tôle

Toittuile mécanique
Couvrements
Couverturesterrasse toit à longs pans
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • Annexe 1

    Délibération du conseil municipal, 25 février 1900 :

    Monsieur le Maire expose qu'il résulte de grands inconvénients des abattoirs que les bouchers et charcutiers ont dans leurs habitations ; que les tueries sont mises au nombre des ateliers incommodes et insalubres par les lois et que ces tueries ne peuvent être établies dans les villes sans autorisation ; que l'établissement d'un abattoir public hors de la ville obvierait à ces inconvénients ; que d'ailleurs les produits compenseraient et au delà les frais de premier établissement et les dépenses à faite pour son entretien. Il invite en conséquence le Conseil à délibérer sur l'établissement d'un abattoir au lieu dit Les Chintres de Farsange.

    Le Conseil municipal,

    Vu la loi du 5 avril 1884, article 97 et le décret du 3 mai 1886 :

    Considérant,

    1. que la population de la commune est de 2006 âmes que les bouchers et charcutiers y sont au nombre de 5, qu'il y existe cinq tueries ou échaudoirs particuliers, que les bestiaux de toute espèces qui y sont abattus annuellement sont environ de 200 bœufs, 400 veaux, 700 porcs, et 800 moutons,

    2. qu'il y a en effet des inconvénients à laisser subsister des tueries particulières à l'intérieur de la ville,

    3. que la loi autorise l'administration à défendre ces sortes d'établissement et à établir des abattoirs publics dans un lieu écarté de manière à éviter tous accidents et à procurer toute sûreté et salubrité,

    4. qu'un abattoir public établi au lieu indiqué par le Maire sera commode et que les dépenses à faire pour l'établir ne peuvent être considérables qu'elles peuvent être d'ailleurs facilement couvertes par le produit,

    Est d'avis à l'unanimité des voix que tous les abattoirs particuliers existant dans la ville soient supprimés, qu'un seul abattoir public soit construit au lieu-dit les Chintres de Farsange, que les dépenses à faire pour son établissement soient avancées par la ville, qu'il soit établi un tarif pour la rétribution que les bouchers et charcutiers devront payer pour l'usage de l'abattoir, que M. Le maire soit autorisé à faire dresser les plans et devis des travaux de cette construction et à faire près de l’administration supérieure toutes les démarches nécessaires afin d'obtenir l’autorisation d'établir ledit abattoir et d'acquérir aux meilleurs clauses et conditions qu'il sera possible le terrain qui devra servir à son emplacement.

    Source : AM Lencloître, Registres des délibérations du conseil municipal de Lencloître, février 1879-novembre 1903.

  • Annexe 2

    Délibération du conseil municipal en date du 13 novembre 1899 au sujet des tueries :

    Monsieur le Maire expose que les sieurs Chevrier, Dagouet, Pasquinet, Veuve Dechêne et Benéteau, bouchers à Lencloître, demandent à être autoriser à tuer des animaux de boucheries dans les locaux qu'ils occupent.

    Ces demandes soumises à une enquête de commodo et incommodo ont donné lieu à une observation de la part d'un habitant qui déclare avoir eu à se plaindre souvent des incommodités et des mauvaises odeurs occasionnés par les tueries.

    D'autre part, l'avis du commissaire enquêteur est favorable aux demandes à condition qu'une surveillance active sera exercée sur ces établissements.

    Le conseil municipal après en avoir délibéré considérant que la construction d'un abattoir municipal est décidée en principe, est d'avis que les autorisations soient provisoirement accordées.

    Source : AM Lencloître, Registres des délibérations du conseil municipal de Lencloître, février 1879-novembre 1903.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Abattoir de Lencloître, Construction d'une chambre de ressuage, 1966-1968.

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 18J263
  • Abattoir de Lencloître, construction (1953) et agrandissement (1963).

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 18J64
  • Registre des délibérations du conseil municipal 1978-1983 : fermeture de l'abattoir, installation d'un atelier de confection et de bonneterie, installation d'une fromagerie.

    Archives municipales, Lencloître : non coté
  • Registre des délibérations du conseil municipal : achat de 9 crochets par l'abattoir de Poitiers (8 juin 1978).

    Archives municipales, Lencloître : non coté
(c) Communauté d'Agglomération de Grand Châtellerault (c) Communauté d'Agglomération de Grand Châtellerault ; (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Lorieux Clarisse
Lorieux Clarisse (1980 - )

Chercheuse-associée au service régional de l'inventaire de la Nouvelle-Aquitaine (site Poitiers et Limoges), attachée à l'Agglomération de Grand Châtellerault à partir de septembre 2018 pour conduire l'inventaire du patrimoine du Grand Châtellerault.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.