Logo ={0} - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Paul-Ermite

4 confessionnaux

Dossier IM40004302 réalisé en 2012

Fiche

Dénominationsconfessionnal
Aire d'étude et cantonDax nord
AdresseCommune : Saint-Paul-lès-Dax
Adresse : rue Victor-Hugo
Emplacement dans l'édificecollatéraux

Deux de ces confessionnaux furent exécutés en 1858 par le menuisier local Jean Bernos sur un dessin des architectes Durand et Guichenné ("deux confessionnaux en chêne, style roman, le plancher du fond et le derrière de la case du milieu en bois de pin rouge, mais toute la partie apparente en chêne... 700 francs"). Les deux autres furent réalisés sur le même modèle vers la fin du XIXe siècle, aux frais du curé de saint-Paul, qui en revendiqua la propriété à l'occasion de l'inventaire de 1906 (n° 44 : "quatre confessionnaux en chêne, dont 2 signalés comme acquis par M. le curé personnellement"). La claire-voie en fer forgé des loges centrales est certainement due au serrurier Betsellère, qui collabora l'année suivante avec Bernos pour la fabrication de la table de communion du chœur (disparue). Des confessionnaux en tout point identiques sont conservés en l'église Saint-Vincent-de-Xaintes à Dax (non étudiés).

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Dates1858
Lieu d'exécutionÉdifice ou site : Aquitaine, 40, Saint-Paul-lès-Dax
Auteur(s)Auteur : Bernos Jean
Bernos Jean

Menuisier à Dax, documenté de 1847 à 1865.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
menuisier
Auteur : Durand Hippolyte
Durand Hippolyte (1801 - 1882)

Né à Paris le 11 juillet 1801, mort à Paris le 8 ou 18 janvier 1882. Élève de Lebas et Vaudoyer à l'École des beaux-arts de Paris ; architecte du diocèse de Bayonne de 1848 à 1852, puis de ceux d'Auch et Tarbes. Parmi ses créations figurent le marché couvert de Saint-Germain-en-Laye (1832-1834), le château de Montecristo au Vésinet (édifié pour Alexandre Dumas en 1844-1847), la villa Eugénie à Biarritz (actuel hôtel du Palais, 1854-1855) et, dans le domaine religieux, la basilique de Lourdes (1862-1871) et plusieurs églises, dont Saint-Martin de Peyrehorade (1846-1857), Saint-Jacques de Tartas (1847-1856), Saint-André de Bayonne (1846-1869), Saint-Pierre de Soustons (1863-1867).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, auteur du modèle
Auteur : Guichenné Hippolyte
Guichenné Hippolyte (1796 - )

Pierre Hippolyte Guichenné, né à Bayonne le 26 décembre 1796 (6 nivôse an V) ; architecte chargé de la cathédrale de Bayonne de 1845 à 1849, puis inspecteur des travaux du même édifice sous la direction d'Hippolyte Durand (1801-1882), architecte diocésain d'Auch et de Tarbes ; encore en activité en 1866, associé au même Durand. Fils de Jean-Baptiste Guichenné (1773-1828), architecte et entrepreneur de travaux publics, et de Jeanne Gracieuse Duhalde (1777-1805) ; demi-frère de Pierre Charles Guichenné (père de Pierre-Hippolyte Guichenné, député et conseiller général des Basses-Pyrénées). Marié à Rose Marie Idalie Duclaud, dont il eut deux enfants : Marie Pauline Coralie Guichenné (1829-ap. 1890), mariée le 11 novembre 1857 à Bayonne avec Pedro José Calasans Donato Gonzalez de Zorilla (1831-1886) ; et Martial-Félix Guichenné (1830-av. 1909).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, auteur du modèle
Auteur : Betsellère serrurier

Style néoroman. Trois loges sur plan trapézoïdal ; loge centrale saillante à battant rectangulaire avec claire-voie (trois lancettes cintrées garnies de clôtures en fer forgé), flanqué de colonnettes à chapiteau feuillagé et surmonté d'un tympan cintré (percé d'un quadrilobe) et d'un gâble ; loges latérales à linteau droit, accotoir, agenouilloir et guichet à jalousie.

Catégoriesmenuiserie, ferronnerie
Structuresplan, trapézoïdal élévation, droit battant, rectangulaire vertical
Matériauxchêne, mouluré, décor en relief, décor dans la masse, gravé, ciré
pin
fer, forgé
Précision dimensions

h = 265 (sans la croix sommitale ; avec la croix: h = 300) ; la = 205 ; pr = 105.

Iconographiescroix
ornementation, colonnette, rinceau, ornement architectural
Précision représentations

Rosaces en relief au sommet du battant de la loge centrale et sur le linteau des loges latérales ; quadrilobe ajouré entouré de rinceaux gravés et de rosaces en relief dans le tympan de la loge centrale, croix sommitale tréflée à l'aplomb du gâble, fleurons en amortissement des colonnettes, crénelage au-dessus de la corniche, tourelles hexagonales à dôme aux extrémités des loges latérales. Clôtures en fer forgé du battant : volutes adossées et superposées.

Statut de la propriétépropriété de la commune
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe