Image du jour
Femme vue de face.
Lumière sur

Le travail de la mégisserie compte une dizaine d'étapes, dont les huit premières constituent le travail de rivière. Elles permettent de transformer la peau, matière putrescible, en cuir, matériau stable et imputrescible. Manuelles et artisanales, ces opérations sont, à partir de la fin du 19e sicle, réalisées à l'aide d'outils et de machines. La part du savoir-faire n'en reste pas moins très importante.

Les peaux qui sont stockées sèches sont (1) reverdies dans un bain d’eau courante enrichie d’adjuvants afin de les réhydrater. Cette étape peut durer de quelques heures à quelques jours. Elles sont ensuite passées (2) au pelain, succession de bains de lait de chaux qui facilitent la chute de la racine des poils. La peau gonfle (peau en tripes). Le pelanage peut durer de quelques heures à une semaine.

L’opération suivante (3) est le délainage : laine et poil sont enlevés (au couteau rond sur un chevalet de rivière, ou avec une machine à délainer). Laine et poil sont vendus (tissage et bourrellerie). Ensuite, l’écharnage (4) retire les parties inutilisables : chair et graisse restante, pattes, oreilles… (couteau à écharner et machine).

Puis les peaux soient à nouveau trempées (5) lors du déchaulage qui purgent les peaux de la chaux restante, du confit qui facilite le dégraissage de la peau (confit « matières » puis bain de confit de son), et du picklage qui prépare la peau au tannage par un bain fortement acidifié qui attaque les cellules graisseuses (foulons, tonneaux-foulon et nettoyage à l’écharneuse ou au chevalet puis lavage au turbulent). Ensuite, le tannage, ou habillage, rend la peau imputrescible par une succession de bains tannant et nourrissage avec des matières grasses, avant que la peau soit essorée (7), tendue et séchée (étente ou metteuse au vent), puis, (8) assouplie au foulon. Enfin, le palissonnage permet d'ouvrir la peau, de l'assouplir (à la main ou à la machine -palissonneuse-débordeuse). Puis les peaux sont mesurées (à la pièteuse) et triées.

La teinture peut être associée à la mégisserie, même si elle est souvent réalisée dans des ateliers indépendants. Les opérations consistent en une succession de bains de teinture ou de son (tonneau-foulon), de séchage, puis d'assouplissement et d'apprêt de la peau (palissonneuse, doleuse, ponceuse).

Flanc du bâti d'une dérayeuse Mercier (collection du Pôle cuir)..